Vous avez dit "formation" ?

 

Face à l’obligation constante de maîtriser les budgets de formation, notamment la réduction des coûts liés aux déplacements, la volonté d’une plus forte implication des salariés, les entreprises recourent de plus en plus aux solutions de formation apportées par le développement des nouvelles technologies : e-learning ou plus récemment, le « digital learning » marquant le passage de la formation sur un ordinateur à la formation sur tous supports y compris les tablettes et les smartphones.

Les formations présentielles ne seraient-elles plus d’actualité ?

Que penser de la présence de plus en plus importante du numérique dans les actions de formation ? Ne placerait-elle pas définitivement la technologie au niveau des moyens et non de la stratégie pédagogique.

Or, c’est bien au niveau de la stratégie pédagogique que nous situons nos actions de formation. C’est avant toute chose, une rencontre et une analyse des besoins de formation, une clarification des objectifs pédagogiques et opérationnels, menées avec les représentants des entreprises. Cette première étape permet de connaître le contexte de l’entreprise, ses méthodes et ses procédures, ses contraintes. Ensuite seulement, nous proposerons un dispositif de formation utilisant (ou mixant) le ou les modes d’apprentissage les mieux adaptés et répondant à la problématique de nos clients.

Dans cette démarche, il n’y a pas d’opposition entre présentiel et e-learning, mais une complémentarité organisée en fonction de la stratégie pédagogique choisie.

Nos formations présentielles reposent sur trois principes essentiels :

  • en premier lieu : être au plus proche du terrain, via un processus d’acquisition de pratiques, de connaissances, de compétences, d'attitudes ou de valeurs culturelles, par l'observation, les mises en situation, l'essai, la répétition, l’échange et le partage. Seules ou en association avec d’autres moyen de formation, elles s’appuient sur tous les leviers de la formation pour adultes ;
  • quel que soit le dispositif de formation utilisé, l’apport d’une formation ne peut être réellement mesuré que dans la pratique du métier. C’est notre deuxième principe : prévoir, dès la conception de la formation, les moyens d’évaluer les acquis de celle-ci par l’élaboration de situations types de travail. Ces situations, utilisées par les collaborateurs formés et leurs managers, assureront, quelques semaines plus tard, un véritable suivi opérationnel basé sur les compétences acquises ;
  • enfin, associer à nos formations « une boîte à outils », contenant l’essentiel des savoir-faire et savoir-être réunis sous forme synthétique, permettant de s’y référer quotidiennement.

Ces principes sont la base de nos interventions de formation conçues avec les entreprises pour satisfaire leurs besoins spécifiques.

Ils ont largement fait la preuve de leur efficacité, et sont appréciés en tant que tels par les personnes que nous formons aussi bien que par leurs managers et les responsables des Ressources Humaines de nos clients.

Plus d'épargne pour le financement des entreprises ou de la construction et des travaux dans le cadre de la transition écologique c'est l'objectif de cette nouvelle mesure visant à exonérer les dons d'argent en faveur de ses enfants ou petits-enfants.

Les actions de formation en ligne et/ou mixtes imposent de respecter des conditions de mise en œuvre précises pour garantir les résultats attendus.

Reprenons ces conditions et revenons sur certaines idées reçues…

L'arrêt du 25 mars 2020 de la Cour de cassation consécutif à l'arrêt de juillet 2018 par la Cour d'appel de Besançon, a définitivement enterré le concept d'intérêt négatif pour les emprunts des particuliers. Pourtant, la notion "d'intérêt négatif" avait été envisagée précédemment par plusieurs Cours d'appel en ce qui concerne des prêts immobiliers à taux indexé accordés à des particuliers. Reprenons en détail le contexte de cette question.

Selon son rapport d'activité 2019 (publié le 10/07/2020) Tracfin a reçu et analysé 99 531 informations (+25 % par rapport à 2018) résultant de la vigilance des professionnels assujettis au dispositif de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme. 

La situation de ces derniers mois a accéléré le développement des formations à distance. Mais, devant l’urgence a-t-on pris le temps de définir une réelle stratégie de formation au niveau des entreprises ?

Agent immobilier, agent commercial, marchand de biens, syndic ou gérant d’immeubles, ...  la loi vous oblige à identifier et déclarer les dossiers présentant un risque de blanchiment d’argent pour lancer une enquête complémentaire.

  • Quels sont les signes auxquels il faut porter attention ?
  • Quelle doit être l’attitude à adopter vis-à-vis du dossier ?
  • Comment déclarer le doute aux autorités ?

Toutes ces questions sont légitimes, surtout au regard des risques que prennent les professionnels de l’immobilier s’ils ne font rien. Les conséquences de leur inaction seront lourdes, sanctions pécuniaires et une interdiction temporaire ou définitive d'exercer !

 

Pour assurer la montée en compétence et le maintien des connaissances des Professionnels de l'immobilier, plusieurs réglementations (Loi Hoguet, Loi Alur notamment) ont inclu des obligations de compétence pour accéder puis se maintenir dans l'exercice des métiers concernés. Par ailleurs, ces Professionnels, lorsqu'ils participent à l'élaboration d'une solution de financement pour leurs clients, entrent également dans le champ des obligations de formation initiale et continue de la Directive européenne sur le crédit immobilier (D.C.I.) en tant qu'Intermédiaires en Opération de Banque et Services de Paiement (I.O.B.S.P.). Comment s'y retrouver ?